Position de la commune sur les compteurs Linky | Détails d'une actualité | Ville de Teyran - Site officiel
Accueil > Découvrir Teyran > Actualités > Position de la commune sur les compteurs Linky

Position de la commune sur les compteurs Linky

juin 2020,
La commune suit le sujet des compteurs communicants Linky depuis 2016, date à laquelle Enedis a annoncé son déploiement à venir. Elle a échangé plusieurs fois avec Enedis. Les avis d’experts divergent sur les risques liés à cette technologie (risques d’incendie, atteinte à la vie privée, obligation de revoir son abonnement, ondes, ...)
Nous pensons que le choix doit être laissé aux usagers de voir ou pas le compteur Linky installé chez eux.
 
Nous avons donc voté une délibération en mai 2018 pour demander officiellement à Enedis de tenir compte de l’avis des gens refusant ce compteur. Mais entretemps, en juillet 2019, le Conseil d’Etat a rendu un arrêté pilote rendant caduque toute délibération entendant seulement freiner ou s’opposer au déploiement de ces compteurs.
Notre délibération a ainsi été annulée.
 
Nos discussions régulières avec Enedis n’ont abouti à rien de concret. Pour lever les doutes des administrés et répondre à nos questions, nous avons demandé à Enedis de venir à Teyran. Une réunion a eu lieu le 27 mai 2020
en présence d’une vingtaine de conseillers municipaux et de deux responsables d’Enedis. Nous avons débattu durant trois heures et avons reçu plusieurs réponses concrètes, d’autres plus floues. Le compte rendu de cette réunion nous a été ensuite adressé par Enedis. Ce courrier est disponible ici pour les usagers qui souhaitent en prendre connaissance.
 
En résumé, si votre compteur est accessible depuis la voie publique, les sous-traitants d’ENEDIS peuvent venir quand ils veulent installer le LINKY. Si votre compteur est situé chez vous, ils ne peuvent pénétrer dans votre domicile sans votre autorisation ; dans ce cas seulement, vous êtes maître de la décision. Des menaces financières (frais de relevage) sont invoquées dans ce cas pour faire pression sur les usagers mais rien n’est décidé à ce jour.