Le jumelage et son histoire | Ville de Teyran - Site officiel
Accueil > Infos commissions > Commission jumelage > Le jumelage et son histoire

Le jumelage et son histoire








À voir aussi


(mise à jour 03/2015)

Le jumelage entre les communes d’Europe est né dans la volonté de réconciliation d’après-guerre. 
L’amitié franco-allemande est alors le pilier de ces rapprochements. 
Le premier jumelage sera porté en 1962 par le maire de Montbéliard, ancien résistant et rescapé des Buchenwald, qui s’associera à la ville allemande de Ludwigsbourg. Aujourd’hui, 20 000 communes européennes sont jumelées.

Il s’agit d’un contrat d’amitié moral entre deux communes sans limite dans le temps qui recouvre un champ d’action pluridisciplinaire et la participation directes des personnes ou de leurs groupements aux échanges. Ce contrat est matérialisé par un serment de jumelage .

La loi février 1992 stipule qu’il s’agit d’une décision prise par le conseil municipal et de ce fait sous sa responsabilité et l‘objectif politique principal est de participer à L’Europe des citoyens de façon à créer une relation durable entre les populations de deux communes de pays différents en vue d’échanger sur leur coutume et leur histoire. Actuellement la commission municipale de jumelage donne l’élan et forme le comité de jumelage mais nous espérons qu’un comité indépendant prendra la suite de ce projet.

Quel partenaire choisir :
Le choix du pays et de la commune partenaire est la base d’un jumelage réussi. Ainsi certains pays historiques de la construction européenne sont naturellement ouverts à ces rapprochements, c’est le cas de l’Allemagne et de la France loin en tête. Dans une moindre proportion, les pays comptant le plus de communes jumelées sont ensuite l’Italie, la Pologne, le Royaume-Uni et l’Espagne.
Si le désir de rapprochement et d’ouverture aux autres doit prévaloir pour une relation durable, d’autres facteurs doivent aussi être pris en compte, comme la taille de la commune, sa typologie, sa vie économique, l’histoire des pays, les cultures, les affinités de découvertes, etc. 
Et bien entendu, la disposition géographique doit être judicieuse pour permettre des voyages réguliers et financièrement abordables.

La commission jumelage :
Son objectif principal est de rechercher une commune partenaire pour établir un jumelage avec Teyran. 
Mais son rôle sera aussi d’organiser d’autres rencontres inter-pays, en particulier à destination de la jeunesse, à travers les programmes européens d’échange (Europe for citizen, Erasmus plus, European Voluntary Service, etc.).

Où en sommes-nous :
La Commission Municipale « Jumelage », pilotée par Mme Sophie Lanni, conseillère déléguée, s’est déjà réunie deux fois et travaillent depuis 5 mois à l’organisation d’un jumelage avec une ville d’Italie.

Pourquoi l’Italie ?
L’Italie est tout d’abord un pays proche géographiquement et facilement accessible en bus ou en avion. 
C’est aussi un pays très ouvert aux autres nations européennes, dont de nombreuses villes souhaitent être jumelées, tandis que d’autre pays freinent peu à peu leurs échanges.

Mais L’Italie c’est surtout le pays le plus important en ce qui concerne l’architecture et le patrimoine, il est situé en 1ère position dans la liste de l’Unesco avec 50 monuments inscrits actuellement dans la liste de conservation du patrimoine mondiale en l’occurrence le centre historique de Roma.

L’objectif principal de ce jumelage sera le croisement des cultures, l’organisation de rencontres, la possibilité de s’enrichir par ces échanges à propos de notre histoire, notre patrimoine et la géographie, mais également à propos d’économie. Si sa langue est magnifique et constitue un atout, les plus jeunes pourront recourir facilement à l’anglais qui est enseigné dans ces deux pays dès le plus jeune âge en tant que première langue étrangère suivi du français.

Nous avons en quelques mois, noués plusieurs contacts avec des villes d’Italie, certains intéressants mais sans résultats concrets. Le dernier partenaire éventuel est la ville de Montelibretti à 50 km de Rome dans le Latium. 

Il s’agit d’un village de 5200 habitants, sur une colline, avec des activités pour la jeunesse et une culture typique. Cette commune semble très enthousiasmée par ce projet, au point que le Maire M. Antonio Catania qui est en contact régulier avec Mme Sophie LANNI, propose à la municipalité de l’accueillir dans son village dans les prochains mois. 

Nous vous tiendrons évidemment au courant de l’évolution de nos démarches et aurons bientôt l’occasion de vous inviter à une réunion publique afin de vous expliquer dans les détails, l’avancement du projet.

« Tocchiamo il ferro » comme disent les italiens : touchons du bois ! Arrivederci !